Les pèlerinages d'IVI

Pèlerinage du 13 au 16 janvier 2011

Bordeaux-Bergerac

JEUDI 13 JANVIER : BORDEAUX

Arrivée Bordeaux vers 10h15
Promenade sur les quais de la Gironde
Déjeuner au Café du Port
Prière dans la basilique Saint-Seurin
Visite du musée du vin et du négoce
Dîner et nuit à Bordeaux

 

Fondée au VIe siècle, la basilique Saint-Seurin prit place tout près de l’église Saint-Etienne, la première cathédrale de Bordeaux, et de la vaste nécropole chrétienne de la même époque. A partir du XIe siècle, le retour de la paix facilita le renouveau de l’Eglise et marqua le début d’un grand élan monastique. C’est à cette époque que fut entreprise la construction de l’église romane, étape d’un pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle naissant. De cette première collégiale, il reste les vestiges de la crypte et le clocher porche. Reconstruite à partir de la fin du XIIe siècle, des chapelles lui furent ajoutées entre les XIVe et XVIe siècles, comme la chapelle Notre-Dame de la Rose et la chaire épiscopale qui relèvent du XVe siècle. C’est ce mélange d’époques qui donne à cette basilique toute sa beauté.  

Thème de la journée - Vers la perfection, la sublimation      

Nous vivons une expérience extraordinaire où l’homme est en lutte pour aller du « diabole » vers le symbole. Les démons dont parle le Christ sont les ennemis de l’homme et automatiquement les ennemis de Dieu. C’est à nous, par notre façon d’être dans la prière, à travers la prière, d’arriver à la perfection, la sublimation. Nul homme sur cette terre ne peut accéder à une beauté totale s’il n’a pas sublimé toutes ses failles et ses défauts. Cela n’existe pas. Tout homme doit faire cette lutte lui-même : c’est ainsi qu’il deviendra son propre maître, que sa conscience revêtira justement le symbole de la perfection.

Extrait de l’interview d’Yvonne Trubert pour le livre d’IVI N°51 – La quête du Graal

VENDREDI 14 JANVIER : BORDEAUX, SAINT-ÉMILION

Séance de vibrations
Départ pour Saint-Émilion
Visite de la ville et de l’église monolithe
Déjeuner à Saint-Émilion
Prières et chants à Notre-Dame de Laveyssière
Dîner et nuit au château des Vigiers

 

À l'origine, l'église monolithe de Saint-Émilion est une simple grotte où le moine bénédictin Émilion installe son ermitage au VIIIème siècle. Il y vit 17 ans, bientôt rejoint par d'autres moines. Commence alors le creusement de l'église. Unique en Europe par ses dimensions, l'église impressionne : vingt mètres de haut sous lesquels s'ordonnent une nef et ses deux collatéraux, séparés en six travées, le tout soutenu par d'impressionnants piliers quadrangulaires à la décoration minimaliste. On estime que 15.000 m3 de roche furent extraits de l'église, un ouvrage titanesque qui aura duré près de trois siècles. Avant d'être dédié au culte, le lieu fut probablement utilisé comme carrière de pierres pour la construction, entre autres, de l'église collégiale.

Thème de la journée - Le bonheur est dans le cœur de l’homme

Il faut se souvenir qu’avant tout, cette quête du Graal est vivante au cœur de l’homme. Nous sommes sur cette terre pour le trouver. Sans lui, il ne peut y avoir d’êtres heureux. La condition de la vie est l’amour entre les hommes.

Extrait de l'interview d’Yvonne Trubert pour le livre d’IVI N°51 – La quête du Graal –

SAMEDI 15 JANVIER : BAZAS, BELIN-BELIET

Séance de vibrations
Départ pour Bazas, visite de la cathédrale
Déjeuner à Sabres
Prières et chants dans l’église Saint-Pierre de Mons à Belin-Beliet
Dîner et nuit au château des Vigiers

 

BazasVille de Bazas

Dès sa fondation, la cathédrale abrite une relique contenant quelques gouttes du sang de Jean-Baptiste qui, selon la légende, auraient été recueillies par une Bazadaise lors de la mort du saint. Cette relique, à l'origine de la dédicace de l'église est jetée aux latrines par les révolutionnaires en 1793.

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Bazas date avant tout des XIIIe et XIVe siècles et fut construite sur le modèle des grandes cathédrales gothiques du nord de la France. L'intérieur consiste en un long vaisseau sans transept et fut reconstruit entre 1583 et 1635, après que les Huguenots l'ont gravement endommagée en 1561. L'édifice est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1998, au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France.

Thème de la journée - Devenons Ses serviteurs

Dieu offre des éléments pour nous construire, jamais pour nous détruire. C’est par amour pour nous qu’Il nous fait devenir Ses serviteurs. Car c’est toucher à la sublimation de l’être que d’être au service de l’Unique, du Très Haut. C’est ce que les hommes cherchent depuis des milliers d’années : devenir les serviteurs du plus Grand.

Extrait de l’interview d’Yvonne pour le livre d’IVI N°51 – La quête du Graal

DIMANCHE 16 JANVIER : BERGERAC

Marche dans Bergerac
Prières et chants dans l’église Saint-Jacques
Départ vers l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

 

Quand on parle de Bergerac, on pense souvent à Cyrano ou aux vins. Le pécharmant qui couvre les coteaux au-dessus et à l’est de la ville; le monbazillac, au sud, à la fois ramassé et étalé autour de son château ; le montravel qui suit la Dordogne, vers l’ouest, flirtant avec le délicieux château de Montaigne, s’étend jusqu’à Sainte-Foy-la-Grande et lorgne la forêt du Landais...

Nous voici en terre protestante. Une bonne intelligence avec les autres Eglises rend paisible les immenses quais d’où jadis venaient puis partaient les gabarres. Dès 1254, sous l’autorité du Prince de Galles, futur Roi d’Angleterre, perpétués par Charles V, roi de France, les consuls de Bergerac se virent constituer une autorité incontestée sur la vinée. Ils fixaient la date des vendanges sans réserve. N’entraient dans la ville que les vins produits par les vignobles appartenant à des bourgeois, après dégustation et marquage.

Bergerac est située au bord de la Dordogne, au centre d’une vallée fertile et riche. Si la cité ne date que du XIe siècle, elle fut précédée par des établissements plus anciens. On a retrouvé dans des fouilles des instruments gaulois, des médailles et des poteries de l’époque romaine. Le premier seigneur de Bergerac fut Othon qui vivait au XIe siècle. La fondation de la ville remonterait donc à cette époque. Bergerac changea bien souvent de maître. Des mains du Duc d’Aquitaine, elle passa au pouvoir de Louis VII.

En 1155, elle devint anglaise. Elle fut délivrée de cette domination étrangère par Louis le Lion, en 1224. Le duc Richard la ravit au cours de la même année et elle fut conservée par les Anglais jusqu’en 1235. À dater de cette époque, elle connut des alternatives de dépendances ou de liberté. En 1345, le Comte d’Erby s’en empara et Bergerac redevint anglaise. C’est à cette époque-là qu’elle fut entourée d’une enceinte. Elle passa ultérieurement entre les mains du Comte de Lancastre, du Duc d’Anjou, des Anglais, de Charles V. En 1377, le Duc d’Anjou et Du Guesclin s’en emparèrent. En 1435, les Anglais la reconquirent. Charles VII la prit en 1442 et en 1452 elle fut enfin rattachée à la couronne de France. En 1105, l’église Saint-Jacques fut commencée.

Vinrent alors les guerres religieuses qui troublèrent la cité. En 1553, ses habitants embrassèrent la Réforme. En 1570, Bergerac fut assignée aux protestants comme ville de sûreté. En 1621, Louis XIII s’empara de la ville et fit abattre les remparts. En 1685, l’Édit de Nantes dispersa les réformés de Bergerac.

Tout au long de son histoire, cette ville a donné l’exemple du miracle de survivre aux désastres, de surmonter les guerres et les pillages.

Thème de la journée - Nous sommes Sa vie en mouvement

À partir du moment où nous devenons Ses serviteurs par amour pour Lui, Il nous dit : « Donne un tout petit peu et je te le rendrai au centuple. » Il nous demande seulement de nous aimer, de comprendre que sans l’amour, l’homme n’est rien. L’amour, c’est Lui, la pensée c’est Lui, notre force est la Sienne, nos gestes sont les Siens. Tout ce que nous créons, c’est Sa volonté, c’est Son amour, c’est Sa présence. Comment pourrions-nous douter que notre pensée soit créatrice ?

Extrait de l’interview d’Yvonne Trubert pour le livre d’IVI N°51 – La quête du Graal

 

Nous écrire

© Invitation à la Vie - 2014