Les pèlerinages d'IVI

Pèlerinage du 19 septembre au 1er octobre 2010

120 croyants d’Invitation à la Vie venus des nations du monde au Liban pour prier la Vierge Marie

Cet article est paru dans le journal An Nahar (le Jour), le quotidien libanais de référence

Sur le rythme de l’Ave Maria de Schubert, les mains se sont enlacées à l’intérieur de l’église Saint-Georges des Grecs orthodoxes, au centre de la capitale. Plus de 120 croyants de l’association “Invitation à la Vie”, présente dans de nombreux pays, réunis par leur dévotion à la Vierge Marie, sont venus pour mieux connaître les Lieux Saints du Liban qui portent le nom de Marie, mère du Sauveur. La piété est visible sur les traits de ce groupe de priants qui se sont arrêtés pour méditer devant le Jardin du Pardon, ce projet dont l’exécution sous sa forme finale demeure inachevée à cause de divers obstacles. Madame Alexandra Asseily leur a expliqué l’importance de ce Jardin entouré de 3 mosquées et de 3 églises appartenant à chacune des confessions orthodoxe, catholique et maronite.

La responsable des relations publiques d’“Invitation à la Vie” explique au journal AnNahar que le travail de l’association est basé sur « la fondation de centres de par le monde pour accueillir les personnes, les écouter et travailler à semer la paix intérieure dans les cœurs oubliés, souffrants, ainsi qu’à nourrir la foi par l’intercession et le soutien de la Sainte Vierge. » L’Association Invitation à la Vie a été fondée en 1983 en France. Sa fondatrice Yvonne Trubert, une croyante catholique, a parcouru le monde pour répandre l’enseignement du Christ et partager sa foi en l’importance de la prière et en son rôle dans la transformation personnelle. Elle a d’ailleurs réussi à fonder des centres d’accueil et d’écoute dans 50 pays.

Le président de l’association, en entrevue avec AnNahar, insiste sur l’importance de la prière du rosaire « qui motive et donne un grand soutien au cheminement de l’être humain. » Il indique aussi que les centres de France sont grand ouverts à toutes les personnes de toutes croyances, et même aux non-croyants. Il considère que la prière éclaire les détails de la vie, en toute chose et pour toute chose. Il explique la méthode de travail de l’association « qui s’appuie sur le bénévolat, sur l’acceptation de l’autre et son écoute à travers la prière. Le financement des centres se fait par le soutien de la maison-mère ou des initiatives individuelles, sachant que le coût des voyages est à la charge des membres. Les jeunes participent aux groupes de prière durant l’été et les vacances avec beaucoup de motivation. »

La vice-présidente ajoute que « le travail à travers la prière en France comporte de gros défis, car la France subit une forte vague d’athéisme. » Elle explique les enseignements enregistrés par Madame Trubert afin de faciliter le cheminement du croyant, tels l’appel au pardon ou à la patience.

En tant que membre de l’association, Nada annonce : « Nous souhaitons fonder un centre de l’association pour la prière. » Elle explique que le programme du voyage du groupe au Liban comprend des visites à Notre-Dame de Maghdoucheh et Harissa et Notre-Dame de Nouriyeh et de Zahleh. Les visites incluent également Soufanieh à Damas. Elle ajoute que le groupe des pèlerins « a senti une grande foi au Liban qui représente un outil important afin de faire face à la souffrance profonde qui résulte de la guerre et ses impacts. »

Madame Alexandra Asseily s’attarde sur l’importance du Jardin du Pardon en indiquant que « la paix ne couronnera pas le monde tant que les gens n’ont pas pardonné aux uns et aux autres. » Elle est interrompue par l’un des pèlerins qui l’interroge sur les causes des obstacles pour compléter l’architecture du Jardin : Madame Asseily ne pouvait que réitérer sa confiance dans le rôle de la compagnie “Solidere” qui complétera le projet « afin qu’il soit le symbole du pardon et la réconciliation. »

Rosette Fadel

 

 

Nous écrire

© Invitation à la Vie - 2014